Monday, 22/1/2018 | 12:52 UTC+1

7 raisons qui expliquent pourquoi l’aide au développement n’aide pas l’Afrique.

large

Après les indépendances, les pays du Nord se sont entendus afin de reconquérir le continent noir pour en exploiter les habitants, les ressources naturelles et financières. Cette politique a coutume d’être appelée « aide au développement » et s’est accompagnée d’offres de prêts qui ont poussé à la dette. Sankara l’évoque en ces termes : « Nous encourageons l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. Mais en général la politique d’assistance et d’aide n’aboutit qu’à nous désorganiser, à nous asservir et à nous déresponsabiliser. »  » La dette est une reconquête savamment organisée de l’Afrique, (…) pour que chacun de nous devienne l’esclave financier.«  »C’est tout un système qui sait exactement ce qu’il faut vous proposer. (…) Ce sont des placements heureux pour les investisseurs. »

Les P.A.S., aujourd’hui, Initiative PPTE, imposés par la Banque Mondiale et le FMI (et qui ont, entre autres, causé le chômage, désorganisé le système éducatif et sanitaire depuis 80), sont la conséquence de cette dette.  Grâce à la dette, le FMI dirige les économies des pays pauvres. Pour mettre fin à cette politique « dirigée » et reconquérir l’indépendance,  » il faut proclamer qu’il ne peut y avoir de salut pour nos peuples que si nous tournons radicalement le dos à tous les modèles qu’[on a] essayé de nous vendre 20 années durant. Il ne saurait y avoir pour nous de (…) développement en dehors de cette rupture. » Thomas Sankara

Bien que le continent soit riche en ressources naturelles et qu’il reçoive l’aide de pays riches dans le monde, les peuples d’Afrique restent pauvres par rapport aux autres régions et sont loin derrière dans la réalisation des Objectifs du « 2015 Millennium Development » comme fixé par les Nations Unies. Ces objectifs de développement réduiront de moitié le taux de pauvreté extrême, enrayeront la propagation du VIH/sida et donneront l’éducation primaire pour tous, à la date butoir de 2015. Cette situation désastreuse indique que l’afflux d’aide extérieure n’a pas permit d’améliorer la vie des peuples africains souffrant de la pauvreté. Voici sept raisons pour lesquelles l’aide extérieure de l’Occident n’a pas réussi à transformer les conditions économiques des Noirs en Afrique :

1° ELLE N’ÉLIMINE PAS LA PAUVRETÉ MONDIALE :

Selon le Wall Street Journal, au cours des 60 dernières années, au moins 1 billion de dollars d’aide liées au développement ont été versés par les pays riches à l’Afrique.Toutefois, le revenu réel par habitant est aujourd’hui inférieur à ce qu’il était dans les années 1970, et plus de 50% de la population (plus de 350 millions de personnes) vivent avec moins de 1$ par jour, un chiffre qui a presque doublé en deux décennies, selon le rapport 2009.

2° ELLE LAISSE LES PAYS AFRICAINS CRIBLES DE DETTES :

Les pays africains continuent de payer près de 20 milliards de dollars en remboursement de la dette par an, malgré les campagnes agressives d’allègement de la dette dans les années 1990. Pour rembourser ces dettes invalidantes, les systèmes d’éducation et de soins de santé africains en pâtissent généralement. Le pire, c’est que même lorsque les dettes sont annulées, une nouvelle perfusion d’aide extérieure redémarre le cercle vicieux.

3° ELLE FAIT AUGMENTER LA CORRUPTION DES GOUVERNEMENTS :

Le professeur Jeffrey Winters de la Northwestern University a soutenu à une audience de mai 2004 devant le Comité du Sénat américain sur les relations étrangères que la Banque mondiale a été impliqué dans la corruption d’environ 100 milliards de dollars de ses fonds de prêts destinés au développement. Le Wall Street Journal a rapporté qu’en 2002, l’Union africaine a calculé que la corruption coûtait au continent 150 milliards de dollars par an, et les donateurs internationaux ont apparemment fermé les yeux car les fonctionnaires corrompus ont utilisé l’argent de l’aide extérieure pour leur propre bénéfice. Selon Transparency International, l’organisme de surveillance de la corruption, Mobutu Sese Seko, président du Zaïre de 1965 à 1997, aurait volé au moins 5 milliards de dollars au pays.

4° ELLE GÉNÈRE DE LA DÉPENDANCE FINANCIÈRE :

Le système de l’aide extérieure a contribué à maintenir des gouvernements mauvais et inefficaces au pouvoir. Au lieu de créer des méthodes locales de génération de revenus, les gouvernements africains pauvres peuvent demander une nouvelle injection d’argent aux bailleurs de fonds, ce qui a abouti à plus de 70% des fonds publics à travers le continent en provenance de l’aide extérieure, selon le Wall Street Journal. En Ethiopie, les dons étrangers constituent plus de 90% du budget du gouvernement. Coincé dans un monde d’aide sans incitation, il n’y a aucune raison pour que les gouvernements cherchent d’autres moyens plus efficaces ou plus transparentes de lever des fonds de développement, tels que la collecte des impôts ou accéder aux marchés obligataires.

5° ELLE DÉTOURNE DES QUESTIONS QUI AFFECTENT VRAIMENT LES PAUVRES :

Le développement économique est devenue une industrie de plusieurs milliards de dollars où la définition du développement s’est élargi, conduisant à mettre l’accent sur des objectifs périphériques éloignées des préoccupations des plus pauvres du monde. Cette approche floue dilue les ressources et, par conséquent, nuit aux pauvres du monde, selon un article de Foreignaffairs.com intitulé : « Development Bloat: How Mission Creep Harms the Poor ». En Afrique, les groupes ont favorisé des causes telles que le VIH/SIDA, Internet gratuit, plaques de cuisson, l’égalité des sexes, la durabilité environnementale et même les restes de savon des hôtel (le projet Savon mondial, un partenariat avec la chaîne d’hôtel Hilton), des ours en peluche pour les enfants atteint par la tuberculose (« Teddies for Tragedies ») et des clowns pour les personnes dans les zones de crise (clowns sans frontières). Pourtant Foreignaffairs.com signale que bon nombre des causes mentionnées ci-dessus, ainsi que d’autres, tombent naturellement en place après que les gens ont répondu à leurs besoins de base, comme l’eau potable, la nourriture abondante et nutritive et une source de revenu stable.

6° ELLE PEUT ÊTRE UTILISÉE PAR LES PAYS DONATEURS POUR IMPOSER LEUR VOLONTÉ AUX PAYS AFRICAINS :

Alors que la position morale de beaucoup est que les peuples ne devraient pas être dans des conditions déshumanisantes juste à cause du pays dans lequel ils sont nés, certaines nations donatrices ont trouvé que la pauvreté est une situation facilement exploitable. L’aide peut être utilisée comme un outil de contrôle pour forcer nations perceptrices à mettre en œuvre des politiques gouvernementales et des accords commerciaux et économiques et choisir des dirigeants qui travaillent dans l’intérêt de la nation donneuse. Par exemple la récente désapprobation des États-Unis (avec le Canada et d’autres pays de l’UE) en ce qui concerne la « Same-Sex Prohibition Act » du Nigéria en 2014. L’ambassadeur américain au Nigeria, James Entwistle, a menacé que les Etats-Unis allaient réduire leur soutien pour le VIH/SIDA et les programmes de lutte contre le paludisme, affirmant ironiquement que la nouvelle loi nigériane « … pourrait affecter négativement la lutte de la nation contre la pandémie du VIH/SIDA. »

7° ELLE DÉTRUIT L’ECONOMIE LOCALE :

L’intervention de l’aide en Afrique peut avoir des conséquences catastrophiques et détruire les industries locales en inondant les marchés avec des produits gratuits ou subventionnés. Par exemple l’aide alimentaire, qui a toujours fait peu pour aider les agriculteurs africains. Le WSJ a signalé qu’en vertu du « U.S. Food for Peace program », des millions de dollars chaque année sont utilisés pour acheter de la nourriture cultivé en Amérique qui est ensuite expédié à travers les océans, inondant les marchés étrangers avec de la nourriture américaine. Cela met les agriculteurs locaux à la faillite.

S: panafricain.tv/

 

bann whatsapp

About

Le Mérite Africain, réflexions, analyses pour le réveil et l'éveil de l'Afrique. Piloté par le Forum de l'Excellence-TOGO ( FOJECED ) mail: contact@lemeriteafricain.com

POST YOUR COMMENTS

Your email address will not be published. Required fields are marked *